Hurler

Hurler
Carton mouillé
Effondré
Carton troué
Déchiré
Hurler
Les restes avariés
De nos excès sanglants
L’avarice et l’envie
Oubliées dans la plaie
L’estomac qui crie
Qui voudrait hurler
Casser
Broyer
Les axiomes affamés
Les fameux affameurs
L’expertise envoûtée
Qui ne fait qu’attiser
La douleur sous les cornes
Le feu sous la corne
Des pieds tristes et noirs
Qui voudraient fouler
Nos excès
Nos axiomes
Nos experts hurlant
Caressant la voie carrossable
L’orgasme des carrosses écarlates
À tant écarteler et concasser
Fraternité bien ordonnée
Compartimentée
Hurler
Vite
Aboyer aussi
Puis mordre
Broyer
Fouler
Et chanter enfin
La fraternité délibérée

Ouaf !

Je ne serai pas
Je ne veux pas
Un de plus
Encore une occurence
La récurrence rance
Des bénédictions ancestrales
Mais sans copier Jacques
Je préfère plein d’espoir
Être suivant que suivi
Mes traces puent
L’indécision
La mollesse révolutionnaire
Des molosses qu’on met sous verre
Mangeurs de chats persans
Et de tapis afghans

Passez donc !

Trépassés
Dépassés
Où êtes vous restés ?
Entre les bras du gorille
Ou de l’orang-outan ?
J’ai vu le fantôme qui passait
Je n’ai pas pu le suivre
Je l’ai donc dépassé
Ce trépassé trébuchant
Je l’ai dépassée
Cette démarche du temps
Depuis longtemps passé
Où j’étais un enfant